Vue sur L'Arlequin du Village olympique.

Héritage / Fiction
La Villeneuve de Grenoble
Rétro-Prospective

Questionner l’utopie est une façon comme une autre d’entrer en projet. Cela renvoie à une posture d’action dans laquelle nous cherchons à perpétuer des ambitions les plus élevées pour un lieu. La Villeneuve de Grenoble construite dans les années 70 a indéniablement cette dimension utopique.

L’utopie en architecture et urbanisme traduit des motivations sociopolitiques qui trouvent dans l’expérimentation et l’innovation de l’organisation spatiale et des éléments construits une tentative de réponse. Parler d’utopie à la Villeneuve, c’est évoquer ces deux dimensions – architecturales/spatiales et sociales/politiques – aussi bien en faisant un retour sur les processus de conception originelle que sur le devenir de ce quartier aujourd’hui

Progressisme, humanisme et utopie ont joué un rôle déterminant dans la conception de la Villeneuve. L’innovation s’exprime d’abord et avant tout du côté sociopolitique à travers ce qui va être popularisé sous l’appellation dite de la « méthode de Grenoble ». Elle se traduit par le désir d’un niveau de vie amélioré, une mixité d’usages et de populations (en termes de niveau socioculturel et d’origine culturelle), les valeurs de l’État providence et une forme particulière de démocratie participative.

Comme toute expérimentation, la Villeneuve n’a pas tenu toutes ses promesses, mais pour autant l’objet patrimonial figé et assigné au passé est-il le seul héritage possible de cette utopie ?

À peine achevé, toujours questionné, déjà démonté, le projet dans son utopie première interroge encore aujourd’hui.

***

Nous proposons de construire sur un week-end un espace-temps où l’on questionne cet héritage de deux façons :

  • par le décalage que propose le cinéma avec un dispositif multi-écrans
  • par le recentrage qu’imposent des échanges avec un plateau radio/vidéo permanent

La première partie du dispositif est donc filmique. Il est permanent et offre une libre circulation entre les films qui sont diffusés en boucle sur différents écrans (projection numérique et projection 16 mm). Il y a deux groupes de films qui se répondent, ceux concernant la Villeneuve de Grenoble, d’hier, d’aujourd’hui, et de demain, et ceux qui questionnent les utopies concrètes de l’habiter.

La deuxième partie du dispositif est consiste en un plateau radio-vidéo (En échos à l’expérience de la Vidéo-Gazette à la Villeneuve fin des années 70) que l’on peut suivre in situ et où le public peut intervenir. Le plateau est installé sur le lieu de la biennale et permettra ensuite une retransmission en différé sur Radio Campus Grenoble et une écoute en différé sur Internet en podcast.

Invités à débattre : Naïm Aït Sidhoum, Villeneuve la série, Demis Herenger, réalisateur, Jean-François Augoyard, philosophe, Colette Augoyard, pédagogue, Pierre Frappat, journaliste, Franck Hulliard, architecte, Sibylle Le Vot, historienne, Guillaume Meigneux, cinéaste, Alexandre Costanzo, philosophe, Steven Melemis, architecte, Maïlys Toussaint, urbaniste, Gilles Bastin, sociologie des médias, Marie Wozniak, architecte, Jean-Michel Roux, urbaniste, etc.

Une conférence-projections de Jordi Colomer aura lieu le samedi 10 juin de 18h30 à 20h00.
Les travaux les plus récents de Jordi Colomer présentent les multiples facettes de l’utopie, de la dystopie, et de leurs rapports avec la fiction.  Son dernier projet, Join-us!, représente l’Espagne à la Biennale de Venise (2017).

Une projection du film documentaire « Habitations Légèrement Modifiées » de Guillaume Meigneux aura lieu le dimanche 11 juin à 15h00.

Programme détaillé des deux journées

Mandataire :

L’École Nationale Supérieure d’Architecture de Grenoble & le Collectif BazarUrbain

Membres de l'équipe

  • BazarUrbain : Charles Ambrosino, Suzel Balez, Marie-Christine Couic, Xavier Dousson, Karine Houdemont, Steven Melemis, Jean-Michel Roux, Nicolas Tixier, Peter Wendling
  • Villeneuve la série : Naïm Aït Sidhoum, Julien Perrin
  • Cinémathèque de Grenoble : Peggy Zejgman Lecarme, Sylvain Crobu
  • ENSAG : Marie Wozniak, Hélène Casalta, Antoine Blanchard-Royer, Maïlys Toussaint
  • ESAAA : Stéphane Sauzedde, Didier Tallagrand, Alexandre Costanzo
  • IUG : Jean-Michel Roux, Jennifer Buyck, Ryma Habdi
  • Maison de l’image : Céline Bresson, Gilles Bastin, Logan Charlot
  • Radio Campus Grenoble

Partenaires du projet

  • École Supérieure d’Art de l’Agglomération d’Annecy
  • Institut d’Urbanisme de Grenoble
  • Villeneuve la Série
  • Cinémathèque de Grenoble
  • Maison de l’image
  • Radio Campus Grenoble

En savoir plus